vendredi 2 avril 2010

Propos de comptoir sur la linguistique

La linguistique n'a pas besoin du concept de langue. Pas plus que la science n'a besoin de l'hypothèse de Dieu. La linguistique comme étude scientifique des faits linguistiques, peut se passer de définir une langue, parce que c'est un concept qui ne fait pas avancer les questions techniques d'étymons, de mutations phoniques, de charriage, ... Evidemment il y a tous ceux pour qui la linguistique est faite des élucubrations de Saussure. C'est l'homéopathie des sciences. Et d'autres pour qui linguistique rime avec sociologie de bazar.

Il est une seule chose intéressante en linguistique : l'étude de la matière, développer des hypothèses, confronter les modèles. Le reste, c'est de la philosophie, donc par définition l'apanage de ceux qui ne savent pas résoudre un problème de maths ou écrire un poème. La philosophie, c'est la matière des bavards. Autrefois, paysans, ils chantaient de petites ritournelles en travaillant la terre. Aujourd'hui, dans leurs universités, ils prennent un ton sérieux, lissent leur moustache et s'enivrent de leur petite maîtrise du langage. Dans les deux cas, on décrit le monde sans jamais suer, soit que l'on est inapte au raisonnement scientifique, soit que l'esthétique leur est inatteignable.

Saussure aurait inventé la linguistique moderne. Pourtant, on ne peut pas décrire une matière en utilisant cette dernière. La linguistique de Saussure se mord la queue. La philosophie est une science désuète, qui a succédé un temps à l'exégèse théologique, complètement discréditée par les sciences modernes. Seulement, il faut des siècles avant de s'en rendre compte. Alors, pendant quelques générations encore, nous allons supporter les alchimistes des temps modernes, les masturbateurs de mots.

Tout cela relève de la germanisation de l'esprit français entamée au XIXème siècle. Alors que les Français se préoccupent de faire la généalogie cartésienne des langues, les Allemands retombent dans leurs travers naturalistes et mystiques, fantasment sur ce que l'on peut dire du "caché". Protestantisme et chiisme ne font qu'un. Les Allemands nous ont fait le coup dans tous les domaines de la pensée : psychanalyse, philosophie, ... Dans 1000 ans, on rigolera à la lecture de Sartre ou de Saussure, comme on rigole des mythes grecs en tant qu'interprétation du monde.

3 commentaires:

  1. Ramassis d'inepties accumulant les poncifs. Dommage car ça mériterait une analyse plus fine que cette "pensée" type Panzer.

    RépondreSupprimer
  2. "Aujourd'hui, dans leurs universités, ils prennent un ton sérieux"
    Votre ressentiment contre l'Université vous égare. On y développe aussi, à l'Université, des argumentations précises contre la notion de "langue" (et de façon, effectivement, moins "Panzertherapie" pour reprendre l'image de de शब्द).
    R. Camus.

    RépondreSupprimer
  3. Quel ramassis de conneries!!!!!!!!!!!!!!!!

    Hahahahahahahahahahaha!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Putain, elle a l'air bonne l'herbe dans ta pampa gascoigne.....

    Hahahahahahahaha!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à commenter et à me corriger.