jeudi 19 août 2010

Un peu de sociologie paloise

Europe-Ecologie réclame des panneaux bilingues à Pau : «C'était un des engagements de la candidate à la mairie et nous souhaitons que Mme le maire gagne la ville à sa langue» écrit Europe Ecologie Béarn qui réclame «une signalétique bilingue français/occitan» à Pau.

«Assurer une signalétique en occitan est le signe d'une dignité retrouvée, un concrétisation du respect de la langue historique, c'est aussi la lecture d'une géographie, d'une histoire, d'une société en accord avec son environnement» ajoute Europe Ecologie.

Il faudra qu'Europe Ecologie se renseigne un peu sur la sociologie paloise, c'est en général assez utile pour faire passer ses idées. Bref, l'usage du terme de "béarnais" ne tuera personne. Mais enfin bon, on est dans une ville qui a longtemps préféré arborer le drapeau du Tibet plutôt que celui du Béarn. Une ville qui se dit "Porte des Pyrénées" (ça veut dire quoi ?), qui parle du
"Chemin du Sel" pour le "Cami Salié" dans sa comm' et qui renomme son réseau de bus "Idelis" dans la plus pure tradition publicitaire. Allez lire, c'est à mourir de technocratisme :


En l'espèce, je pense que c'est à raison que la mairie doit ignorer les doléances visant à instaurer une signalétique bilingue tant que nos amis occitanistes ne viendront pas avec un corpus complet de traductions bilingues étayées et intelligentes (bref, en conformité avec la réalité béarnaise de la ville : Plaça de Verdun n'aurait aucun sens face à Hauta Planta). C'est à eux à faire le boulot, ce n'est pas Madame le Maire qui a les compétences linguistiques pour une telle entreprise. Pas plus les services de la mairie. Le seul hic, c'est de savoir si les occitanistes sont compétents. Carrèra Serviès, ils doivent pouvoir le faire, en s'inspirant du désormais célèbre "Jouann Mermosss" du métro de Toulouse (quand le ridicule tue).

Franchement, je n'en peux plus de constater tant de puérilité de la part des militants régionalistes. C'est irresponsable de réclamer quelque chose sans s'y pencher dessus en amont afin de faciliter la décision administrative. En l'occurrence, je pense que la signalétique bilingue n'a aucun intérêt dans une ville complètement dégasconnisée, il vaudrait mieux songer à une signalétique historique qui pourrait par exemple mettre fin à la mythologie henricienne du
centre-ville pour récupérer les anciennes appellations : par exemple, la Rue Sully est avant tout la Rue de Castegmenou, il suffirait d'apposer une plaque le rappelant. Et aller plus loin en intégrant une réflexion paysagère, architecturale, identitaire. La ville de Pau est en train de perdre son identité de façon notable, en plus de s'enlaidir. On en regrette la petite ville bourgeoise.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à commenter et à me corriger.