mardi 7 septembre 2010

Aramits en Barétous : un toponyme basque en Béarn

Nous sommes en Béarn, vallée de Barétous, à Aramits. La prononciation en gascon d'Aramits avec accent tonique sur l'antépénultième ne laisse aucun doute : il s'agit bien d'un toponyme basque. C'est bien Aràmitz (comme Biàrritz). Le recul de l'accent tonique (qui est également typique des zones de contact gasconnes charnégous du Bas-Adour) pose une question : pour quelle raison n'a-t-il pas lieu pour les suffixes en -os qui sont généralement conçus dans une plus vaste famille de suffixes locatifs à sifflantes (-atz/otz/itz) et accentués sur la finale en gascon plus conformément aux grandes tendances phonétiques de la langue ?
Sachant qu'en basque, il n'y a pas d'accent tonique.




1. Le nom d'Aramits

Beaucoup d'auteurs expliquent le nom de ce village, indubitablement basque, par le terme aran=vallée suffixé en -itz (suffixe locatif avec sifflante). Sans jamais expliciter phonétiquement l'assemblage : or il me semble très difficile selon les règles du gascon qu'Aranitz donne Aramitz. On aurait plutôt la conservation de l'étymon (la question de la chute du n intervocalique n'est pas résolue pour les étymons basques).

Par contre, en basque, de tels phénomènes de "bilabialisation" sont fréquents, notamment en Haute-Soule à laquelle le Barétous est lié : ainsi le terme zunhar pour ormeau peut donner dans les textes médiévaux aussi bien sunarte (hameau béarnais de Sauveterre), suhart, çuguarriaga et çumarraga.

De même la base ancienne inhi=jonc, conservée en souletin, a donné dans des dialectes qui ont perdu les nasales "ihi", mais probablement le hameau médiéval ymizcoyz de Basse-Navarre.

Source : La langue basque au Moyen-Age de Jean-Baptiste Orpustan

Pour résumer, un n intervocalique peut en basque être conservé, passer à h dans des dialectes qui ont perdu les nasales (cf la nasalité du gascon) ou être "bilabialisé" et passer à m. C'est probablement le cas d'Aramits dont la langue ancienne devait être le souletin qui conserve bien les nasales et parfois même les palatise (voir Larrau qui est le nom gascon de la commune qui se dit en souletin Larrañe, sur-évolution de Larraun, en gascon, dénasalisation de la finale, en souletin palatisation).

Donc, Aramitz peut très bien selon les règles de la phonétique basque, être issu d'Aranitz, tout comme il aurait pu donner Arahitz/Araitz, ou même Arañitz.
En basque, il n'y a pas de règle absolue. Sinon, il faut envisager des assemblages plus complexes sur aran, qui en composition dans les pays souletins donne ara- (pour le coup, dénasalisation finale), et un terme obscur et non-identifiable.


2. Le gascon à Aramits

Le gascon d'Aramits est du gascon pyrénéen aspo-barétounais (donc conservation de sourdes intervocaliques comme en aragonais et en absque). Vous pouvez l'écouter dans le lien suivant :

http://crdo.risc.cnrs.fr/data/thesoc/64-ARETTE.wav

En 1385, la presque totalité des maisons porte un nom gascon : Sarrulhe, Abadie, Domec, Safores, Glere, Carrere, Casebone, Anglate, Arripe, Hondebiele, Labordesse, Pocolo (?), ... Seul semble basque : Achari.

La domonymie médiévale d'Aramits fait peu état de la présence basque.
Remarquons cependant que les noms des maisons sont très classiques, comme en Aspe : on a l'impression que le gascon vient traduire des termes précédents.
Dans l'actualité, on parle encore basque sur le territoire d'Aramits dans la vallée du Joos qui fait frontière avec la Soule aux quartiers Mizpira et Lapeyrère : Oyhenard, Logeberry, Arhancet, Aïtzaguer, Mendioudou, Garay, ...

Dans la vallée du Vert, axe principal du Barétous, on trouve en territoires de langue gasconne des toponymes bien basques : Mousquil, Larrande, Lurbet, Gourroure, Atchouètos (?), Lardieg, Escary, ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à commenter et à me corriger.