mercredi 13 octobre 2010

Pauline, je te hais !


Attention : avis de meurtre ! J'étrangle la prochaine personne qui utilisera "paulin,a" comme gentilé gascon pour la ville de Pau. Le mot ne figure évidemment pas chez Lespy qui ne connait, conformément à la dérivation normale de l'étymon *pal, que "palés" (tiré du latin palensis).


"Coum lous d'Ossau se disin Ossalees,
Tau medix lous de Pau se noumenten Palees."


Les gentilés "paulin,a" et "paulés,a" sont tirés du dictionnaire de Palay qui est ultérieur. Il ne fait pas de doute qu'il s'agit de formes populaires modernes, créées par fausse dérivation sur le prénom Paul qui est "Pau" en gascon, et qui travestissent les propriétés de vocalisation de cette langue. Elles sont aussi odieuses que des dérivés du genre de "canaulet" (=petit canal) sur "canau" (=canal) en lieu et place de "canalet".

Notez que la scripta béarnaise "palees" laisse entendre que la nasale étymologique était probablement nasillée, à la béarnaise. Par opposition, une prononciation "vélaire" plus classiquement ouest-gasconne (approximativement "engs") est généralement graphiée -enx (cf Navarrenx, du latin sponda navarrensis).

La raison pour laquelle les occitanistes donnent du "paulin" à toutes les sauces ne peut qu'être mis sur une certaine disposition naturelle à la cuculterie. La poésie mièvre de Fabre d'Eglantine, voilà l'occitanisation véritable. Je préfère encore le francisme "paloés".

6 commentaires:

  1. Connaissez-vous la chanson LA PAULINE sur l'air de la Paimpolaise?

    Refrain:

    Qu'àymi tan la brise caline
    De noùste balée d'Aussau!
    Més qu'àymi sustout la Pauline
    Qui-m atén au bèt cèu de Pau!

    Refrain final:

    Praubot, en puyan la couline
    Qu'a recebut lou cop mourtau!
    Nou beyra pas méy la Pauline
    Qui l'atén au bèt cèu de Pau!

    Source: P.P. Almanach du Patriote 1929

    Amistats paleeses

    jmcasa

    RépondreSupprimer
  2. Leçon retenue par un périgourdin( périgourdin, périgourdine) mais aussi pétrocorien , pétrocorienne, qui essaie de ce gasconiser comme il peu après vingt ans de vie paloise: paulin, pauline/a c'est vrai que ça fait un peu bizarre comme gentilé pau , pales, palesa sonne mieux encore que palesa sonne dans certain endroits comme Palaiseau).

    Je me méfie des deux idéologies béarnisante béarno-centrée ou occitaniste que je renvoie un peu dos à dos (il auront l'air malin quand il n'yauara plus aucun locuteurs de se quereller), le mieux c'est d'écrire sans trop se préoccuper de la graphie, d'ailleurs dans la République des Pyrénées/L'Eclair, quotidien local palois et béarnais il y a des articles en langue locale "Vent de Castanha" et "Oey en Biarn" écrits dans deux graphies et que se lisent très bien.

    RépondreSupprimer
  3. A goiatdativier,

    Pouvez-vous m'expliquer "l'idéologie béarnisante béarno-centrée"?

    Merci d'avance pour vos lumières.

    jmcasa

    RépondreSupprimer
  4. "Béarniaiseries", "occitâneries"... et pourquoi pas "gasconneries" tant qu'on y est ?

    RépondreSupprimer
  5. Il s'agissait du premier titre mais c'était assez lourdingue.

    RépondreSupprimer
  6. Il peut y avoir aussi des "gasconnades" déjà réputées dans la capitale depuis l'Epoque moderne et véhiculées par des Mousquetaires dont on savait même à Paris qu'il venaient de Gascogne et pas d'ailleurs...Mais c'était du temps ou on ne disait pas "d'occitâneries"...
    Même Alexandre Dumas utilise dans ses Trois Mousquetaires les identités de Béarnais et de Gascons!

    Vive les Cadets de Gascogne!

    amitiés "paloisiennes"!

    jmcasa

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à commenter et à me corriger.