dimanche 29 mai 2011

La situation linguistique méridionale selon Scaliger



"Idiotismus Tectosagicus latissime patet ; ejus duae sunt summae differentiae : altera continetur in vetere Aquitania Caesaris, hoc est intra Garumnam, Pyrenaeos, et Oceanum Aquitanicum. Hic idiotismus proprie dicitur Vasconismus, multam a reliqua parte idiotismi Tectosagici discrepans, adeo ut neque commercium quotidianum, neque vicinitas, neque flumina pontibus juncta illam differentiam tollere potuerint. Reliquae partis, quae citra Garumnam in usu est, etiam multae sunt differentiae, in quibus Lemovicismus et Petrocorismus a reliquis idiomatibus valde alienus est. Denique in tota Europa non invenies, in tantis angustiis finium, tot discrepantias dialectorum."



"La langue tectosage est une langue bien répandue ; on en connaît deux variétés fort dissemblables : l'une se parle à l'intérieur des limites de l'ancienne Aquitaine de César - Garonne, Pyrénées, Golfe de Gascogne. L'idiome que l'on parle là - ou gascon - diffère considérablement de l'autre variété de l'idiome tectosage. Bien plus, ni les contacts quotidiens, ni les relations de voisinage, ni les ponts qu'on jette sur les fleuves ne paraissent susceptibles de supprimer cette différence. Dans l'usage des régions situées de l'autre côté de la Garonne, il existe aussi bien des variétés ; le limousin et le périgourdin y diffèrent fort du reste. Bref, nulle part en Europe, on ne trouverait une aussi grande différenciation dialectale sur un territoire aussi restreint."

Scaliger (1540-1609) in Diatriba de hodiernis francorum linguis


Scaliger


Que dire brièvement ?

- Scaliger nomme ce que nous appelons "occitan" "idiome tectosage", ce faisant il poursuit l'identification entre Languedoc et ancienne cité des Volques, continuité bien réelle au demeurant.

- Scaliger affirme l'irréductible distinction du gascon, à peu près à la même époque que Pey de Garros (cf "Tout était là au XVIème siècle"). Il délimite lui aussi sentimentalement ce pays où se parle le "vasconismus", à savoir le gascon.

- Scaliger affirme que le limousin et le périgourdin (ce que l'on appelle le nord-occitan au fond) sont également fort distincts.

- Scaliger possède l'intuition qu'en Gaule méridionale, une formidable mosaïque de langues existe, sans équivalent en Europe. A mon avis, c'est une exagération car s'il est vrai que l'étendue des domaines castillan ou oïlique est impressionnante (mais cela est la cause du terrain et de la poussée formidable d'un pouvoir central), la variation en Italie est grande.

Source : "Joseph-Juste Scaliger : Diatriba de hodiernis francorum linguis" par C.Anatole et J.C.Dinguirard in Via Domitia XX-XXI (1978).
Cité in "Does a common language mean a shared allegiance? Language, identity, geography and
their links with polities. The cases of Gascony and Brittany" par G.Pépin.

5 commentaires:

  1. "la variation en Italie est grande"

    salut heraus,
    y-at-il ou connais tu des anciens renseignements (comme ceux de Scaliger) concernant le Nord-Oest de l´Italie? (c´est-à-dire concernant l´étendue ou il y a le ligure, piémontais, occitan/provençal, franco-provençal, brigasque..

    moltes gràcies ;-)

    RépondreSupprimer
  2. limousin et périgourdin fort distincts ? C'est méconnaître le fait ou alors s'arrêter comme le font certains habitants de Dordogne au fait que le limousin, c'est pour eux le parler du Nontronnais qui est en effet atypique.
    Beaucoup de Périgourdins font ainsi car pour eux le Nontronnais, c'est déjà le Limousin, mais ils ne connaissent en général rien du Limousin sud-sud-est Limoges puisque cela ne déborde pas chez eux ou si peu (à la rigueur à La Nouaille (qui est dans le Pays Arédien). En fait tout le quart sud-est de la Haute-Vienne est le quasi-jumeau du périgourdin.
    Les gens du Périgord sont toujours surpris quand je leur parle comme chez mes grands-parents car c'est bien différent du nontronnais, ne serait-ce que l'histoire des [a] toniques que je maintiens tels quels alors que le nontronnais passe à [è]. Bref, c'est une méconnaissance du limousin, tout simplement.

    RépondreSupprimer
  3. Je reviens à que ce que je disais dans mon post précédent. J'ai relu la citation. Il n'est pas dit en fait que le périgourdin était fort différent du limousin, il est dit que limousin et périgourdin diffèrent fort du reste.
    C'est ton résumé qui m'a induit en erreur. J'avais compris : "Scaliger affirme que le limousin et le périgourdin (ce que l'on appelle le nord-occitan au fond) sont également fort distincts [l'un de l'autre]". Erreur de lecture de ma part.

    RépondreSupprimer
  4. C'est pas grave, l'information est bonne à prendre. Et celle de Scaliger l'est tout autant, à savoir que l'on trouve là l'affirmation de l'unité périgourdino-limousine, d'ailleurs clairement intégrée dans les parlers d'oc.

    RépondreSupprimer
  5. Doctus cum libro!

    Hahahahahahahahahahahahahahaha!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Ridicule comme à sa meilleure habitude le Herr Heraus von Gascogne!

    Auf Wiederhören!

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à commenter et à me corriger.