dimanche 29 janvier 2012

"La Gascouigno desoulado" (suite)

Je continue de relever quelques faits intéressants. Ainsi on peut trouver trois dédicaces faites par des collègues curés avec lieu d'indication de la paroisse :

A l'autur,
Amic nou't plaignés deus malurs,
Que t'an heit aquets grans boulurs,
Nou te'n plaignés pas dauantatgé,
Que certos lou Lenguadoc ;
E tout pays es au pilhatgé,
Auta plan qu'es estat toun loc.

D.Azema. Ritou de Mourassac


***

Au medis
Ny lous pistoulets a rouët,
Ny l'usatge de bieillos glaços,
Ny la bieillo gloso deu dret,
Ny d'un soulat las grans grimassos,
Ny mes lou ioc deu piperouët,
Nou se trobon pas en Lasplaces,
Soun esperit a tout lou moun,
He bese u Mercuro Gascoun

I.Landes. Ritou de Mauzac & d'Auribailh


***

Au medis
Bous meritats uno courouno,
Encaro que siatz courounat,
L'esprit de Diu à toutis douno,
A bous be boun a plat dounat,
Per iamay les mals fasets beiré,
Aus Gascous que n'ac pouirion creiré.

D.Aliens. Ritou de la Gracio Diu



Je laisse aux linguistes de la liste le soin de faire de plus amples analyses mais il est évident que les parlers de Mauressac et de Mauzac & Aurilbail sont gascons. Pour le parler de Lagrâce-Dieu, c'est plus ambigu : or Mauressac est tout à fait voisin ! Il est possible que la provevance des "ritous" (recteur je suppose) en soit la cause.

En tout cas, la langue du curé de Mauressac est pleinement gasconne : h gascon, vocalisation de l, ll final devient t, ... Remarquez que l'article toulousain masculin "le" n'est pas utilisé contrairement à la version de Lagrâce-Dieu ! Pierre Bec a montré que le h gascon dans les années 50 atteignaient toujours Mauressac, à quelques encablures de Cintegabelle.

La langue du curé de Mauzac et Auribail est également gasconne : h gascon, vocalisation du l, forme gasconne des verbes ("bese" là où Lagrâce-Dieu a "beiré"). Remarquez dans les trois textes que "j" à l'initiale se prononce "y" : "lou ioc" à Mauzac, "iamay" à Lagrâce-Dieu.

Difficile de tirer des conclusions de textes dont on ne sait rien des auteurs, mais en tout cas, il y a discontinuité évidente entre la langue utilisée par le curé de Lagrâce-Dieu et celle du curé de Mauressac, paroisses voisines.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à commenter et à me corriger.