mercredi 13 juin 2012

Bribes de vasconnité : mes résultats génétiques "Oracle"


Voici un texte en anglais sur mon blog d'anthropologie autour des résultats du test Oracle.

My Oracle results (Population Sharing)

Je vous conseille d'aller sur le lien. Pour ceux qui ne lisent pas l'anglais, un petit résumé :

- Les résultats d'Oracle donnent des distances d'affinité génétique avec  d'autres populations.

Indifféremment du calculateur utilisé (c'est de la tambouille interne, l'un est plus centré sur l'Europe, c'est de la tambouille interne), on retrouve les mêmes  populations avec lesquelles je suis proche : d'abord les  Basques espagnols, puis les Basques français (avec le problème posé par l'un des échantillons, cf le  texte en anglais), puis les Aragonais et les Cantabres.

Confirmation en tout cas de l'existence d'un espace génétique  franco-cantabrique, lié à l'ancienne extension de la langue basque. Le "Gascon"  du piémont pyrénéen que je suis, plus de deux millénaires après, est plus proche génétiquement des Cantabres (venus aider les Aquitains contre Rome) que des  autres Français (encore qu'on aurait besoin d'échantillons régionaux).


World9 Calculator


- Les résultats d'Oracle permettent aussi de fabriquer des "fantômes", à savoir  des populations imaginaires constituées de deux autres populations pour une  meilleure approximation.

Au delà des différences des deux calculateurs, il apparait surtout que la base  reste "basque" complétée par une autre population, d'autant plus lointaine que  la composante basque est forte.

Il me semble intéressant de voir que je peux être résumé à un mélange 60%  Basque, 40% Catalan, ce qui est quasi ma position de naissance. Mon approximation la plus fiable reste cependant celle d'un Basque espagnol (97%) avec 3% de ma variabilité génétique s'expliquant mieux par une population du Moyen-Orient (lire : migrations des premiers agriculteurs au Néolithique). Il faut manier ces résultats avec un peu de distance, mais dans tous les cas, ils confirment  l'appartenance du monde sud-gascon pyrénéen à l'espace génétique basque.


World9 Calculator


Bref, tout devient cohérent : l'architecture, les mythes, les faciès, la langue, ancienne comme romane, ... bref tout ce qui lie Aquitaine ancienne, Cantabrie,  Haut-Aragon et pays basques se reflète dans une même origine ethnique que la  génétique nous permet d'appréhender. Et plus loin, parmi les populations non-vasconnes, le fait que les Catalans sont  la population avec laquelle "nous" partageons génétiquement le plus tend à confirmer que l'ibérien n'était qu'un basque de la côte méditerranéenne, probablement déformé par le contact avec la langue des migrants en provenance du  Levant, qui fondèrent des villes.

Bien évidemment, nous aurions besoin d'autres échantillons génétiques !

Contactez-moi si vous êtes intéressés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à commenter et à me corriger.