lundi 26 mai 2014

Analyse des résultats des européennes dans les Pyrénées-Atlantiques et le Sud-Ouest

Le scrutin européen est l’un des plus intéressants, potentiellement, car à 1 tour et proportionnel, même si la forte abstention et le caractère de défouloir de l’élection truquent quelque peu la visibilité des résultats.

Il n’en reste pas moins que le département des Pyrénées-Atlantiques est atypique dans son vote et qu’il est possible de faire parler ce scrutin.


Bleu : UMP
Bleu clair : MoDem/UDI
Rose : PS
Bleu foncé : FN
Vert : EELV


a) Un département plutôt conforme à la tendance nationale

Atypique, mais tout de même conforme dans les grandes lignes à la tendance nationale : le FN est ainsi en Béarn le premier parti, même s’il convient d’expliquer les raisons ci-après. Conformément à la vague Bleue Marine française, les Pyrénées-Atlantiques placent régulièrement le FN à de très hauts scores, les listes de ce parti sont donc bien l’objet d’un message de la part de l’électorat.

Les foyers FN sont avant toute chose notables en Béarn, plus notamment dans l’arrondissement de Pau. Ils se concentrent autour de la plaine de Nay, de la route de Gan, d’Arthez et en Vic-Bilh.

Il est très malaisé, tant ces zones sont différentes, de trouver les raisons communes à ce vote, ce qui peut être dit néanmoins, c’est que l’électorat de ces villages est profondément imprégné par les thématiques nationales françaises, et qu’il vote désormais en conformité avec le reste de la France.

Le vote au Nord de Pau et autour d’Arthez, auquel il convient d’ajouter le foyer de Gan, s’explique, à mon sens, plus facilement par la civilisation pavillonnaire : les lieux sont depuis 20 ans le foyer d’un univers périurbain où se rassemblent les classes moyennes françaises qui ont fui les grandes métropoles. La débéarnisation y est à peu près totale, il ne reste rien de l’ancien monde paysan démocrate-chrétien, la « Bayrouie ».

Le cas du Vic-Bilh me semble plus distinct, même si le phénomène pavillonnaire y est puissant, du fait de la proximité de Pau, et que le renouvellement des populations s’y est également opéré. Reste que le Vic-Bilh est aussi un pays d’exploitations agricoles qui périclitent, pour lesquelles la PAC peut s’avérer aliénante. Le vote de contestation est sans conteste le FN, en l’absence de formation locale qui capterait ce mécontentement.

En Pays Basque, le FN perce notablement en Bas-Adour : c’est le même phénomène qu’en grande banlieue périurbaine paloise, sauf qu’ici c’est Bayonne. Le FN est très fort autour de Mouguerre et Urcuit, c’est là encore la banlieue résidentielle bayonnaise des gens qui ont fui les grandes villes françaises pour se barricader à la campagne, c’est le pays des trajets en bagnole quotidiens, des courses dans les malls commerciaux, le pays des haies et des lotissements, du « vivons cachés ». La sociologie politique introduite dans ces zones débasquisées est très étrangère à la tradition politique basque.

On pourrait affiner ces résultats : le FN fait de bons résultats en Basse-Soule au Nord de Mauléon, ainsi qu’en zone frontalière, à Hendaye ou Biriatou. Chaque fois, le signe d’une acculturation identitaire.

b) Un département de plus en plus bicéphale

Le fait le plus marquant est le décrochage des électorats basque et béarnais. Cela a toujours été le cas plus ou moins, le Béarn étant partagé entre la démocratie chrétienne et le socialisme, tandis que le Pays Basque, dans les grandes lignes, était conservateur, RPR de l’ancienne mode.

Le développement de foyers FN en Béarn est conforme à la tendance lourde de la contrée : celle d’une francisation des réflexes politiques, au sens où le Béarn, qui a longtemps possédé une sociologie politique propre, se cale de plus en plus sur les solutions nationales.

En Béarn, la démocratie chrétienne MoDem de la paysannerie traditionnelle survit dans les environs de Morlaàs, dans l’Entre-deux-Gaves, en Barétous. Le radicalisme socialisant, lui, reste fort dans les vallées, en Aspe et Ossau. C’est l’incarnation de microcosmes politiques qui n’ont pas été altérés par les modifications contemporaines et la « nationalisation » du corps électoral béarnais. Ce sont des zones qui, comme par hasard, pratiquent encore subrepticement le béarnais et ont conservé un fort sentiment d’appartenance locale, le FN étant alors dans ce cadre un parti foncièrement étranger.

Le constat est encore plus net chez les Basques : le vote « Vert » est important en Basse-Navarre et en Haute-Soule. Il est la traduction de l’importance de l’abertzalisme dans ces régions rurales, qui proposent un modèle alternatif de développement, face à la chambre de commerce de Pau, face à l’UE même, telle qu’elle se construit. Là où le paysan béarnais aliéné du Montanérès va voter FN, comme le reste des Français, l’agriculteur basque votera Bové, car il bénéficie depuis de longues années d’un mouvement ancré localement qui a opéré l’addition du sentiment basque et de la volonté des changements économiques et sociaux.

En somme, les résultats marquent le succès naissant de la stratégie basque depuis des décennies : parler d’économie, parler aux jeunes. C’est une vraie révolution locale qui voit les descendants des électeurs RPR passer à une alter-gauche européenne qui porte un projet local original. Et l’analyse des résultats commune par commune montre de notables percées autour de Saint-Palais, au royaume de Lur Berri. Le Labourd semble plus récalcitrant, encore que le Labourd intérieur place souvent Bové en 2ème ou 3ème place.

Le département des Pyrénées-Atlantiques est donc moribond : il ne se trouvera plus dans les années qui viennent une sociologie commune aux entités basque et béarnaise. Le Pays Basque français se plonge dans une expérience nouvelle, similaire à celle qu’a connue le Pays Basque espagnol, c’est un vrai laboratoire politique. Le Béarn, acculturé, achève sa mutation vers une francisation à peu près totale sur tous les plans, dont celui de la sociologie politique. Il n’est peut-être pas trop tard encore que j’en doute fortement.

c) Ailleurs dans le Sud-Ouest




La vallée de la Garonne, conformément à mon analyse de 2012, confirme largement son ancrage national et l’évaporation de toute sociologie politique locale. En Gironde, il faut s’enfoncer loin en Bazadais pour retrouver un vote de centre-gauche traditionnel.

Des villes moyennes en perte de vitesse montrent une vraie implantation du FN, souvent 2ème , voire 1er, devant la gauche : Tarbes, Lourdes, Saint-Gaudens, Pamiers, Carcassonne, Montauban, Agen, Albi, …

A rebours, les grandes villes poursuivent leur boboïsation : Bordeaux place l’UMP en tête, puis le PS et les Verts. Même tiercé à Toulouse. Il semble que Pau, malgré sa modestie démographique, est sur un même schéma avec le MoDem en tête.

On constate, tout comme au Pays Basque, dans des régions où la culture vernaculaire s’est mieux maintenue et où les structures économiques traditionnelles survivent, un vote classique UMP, avec des foyers verts naissants : Aveyron ou Cantal. Les Pyrénées-Orientales, elles, sont très divisées, entre une côte complètement FNisée et un intérieur où des foyers verts puissants émergent, qui marquent l’appartenance identitaire catalane.

Dans tous les cas, la clé d’interprétation que je propose, entre régions acculturées et régions à forte identité, me semble à chaque fois la bonne : là où l’identité locale a été éradiquée, le FN perce. Partout où le sentiment de la différence a pu subsister, une offre concurrente au FN engrange des points, souvent sur un modèle plus européen, qui somme toute est plus rationnel quand il s’agit d’obtenir des choses à Bruxelles.

L’impasse française du FN, car tel est mon avis, est avant tout le fruit de notre acculturation jacobine et de notre triste indifférenciation, de Dunkerque au Boulou.

4 commentaires:

  1. Intéressant. Cela recoupe assez bien les observations de Todd et Le Bras dans "Le mystère français".

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Abans de començar que volerí afirmar que soi pregondament occitanista, mes aquò ne vòu díser que ne cau pas discutir las idèas deus autes.
      Que'm sap mau de liéger los peguessas occitanistas suu FN. Que lei que l'electorat frontista que son "cons" que "non pòden pas estar occitanistas e d'extrèma-dreta..." e lo Mistral de la fin n'èra pas un tanhent de l'accion francesa ?

      Tot aquò qu'amuisha lo praubèr de la pensada l'occitanisme actuau. On son los Lafont, los Fèlix Castanh ? Que vei tanben las atacas, sovent shuècas, contra lo biarnista qui tien lo blòc "bearniaiserie et occitânerie" on tot n'ei pas pèc totun. Que sufeish de liéger Fraj o Bernissan sus l'estat de la lenga nosta tà compréner que la situacion de l'occitan e sembla a la deu Titanic.
      Que vei tanben realitats. Que vei que la vila mia, Sent Lis dab 10 000 abitants perduts dens l'ocean de las maisoetas de la banlèga parisenco-tolosana, on lo FN arriba prumèr a las Europèas dab lo 30 % de la votz. Qu'estó quasi generau en Occitània.

      Que vei que lo cap deu FN a Sent Lis ei un intellectuau escusèr e esberit e non pas lo "con" de servici. Alavetz tà contrar lo FN que va caler estar mei fin. Que's cau servir d'analisis de las bonas com aquesta tà bastir un contre discors coherent.

      Jo que soi un acarnassit contra lo FN. Que'm presentèi a las municipaus tà har arrepè a la marèa negra. Que visitèi quasi 2000 ostaus. Que vedoi lo languitòri deu monde, la crisi, la páur de l'aute, lo reget deu vesin. Non vedoi pas conàs. N'èi pas lo mesprètz deu monde popular que quauques saberuts de l'intelligentsia occitanista an.

      Per contra, pendent la campanha electorau municipau ne vedoi pas nat occitanista nos viéner ajudar. Que vòlen demorar dens "lo culturau" ça me disen, "la politica ? que nani !" Que'm hè dòu de díser que pr'amor de la manca d'engatjament d'occitanistas en politica que perdom las eleccions deu 49,6 % (lista EELV - MoDEM - Bastir!) fàcia aus aparatchiki socialistas dab lo 50,4%.

      Occitanistas, au lòc de desparlar enter nosautes suu Jornalet, baishatz a la carrèra ! parlatz dab las gents ! Que cau agir e que cau amuishar que las nostas idèas e foncionin. Atau lo FN qu'arrecularà.

      En Bretanha interiora, que son los "Bonets Arrois" de Troadec qu'arribèn prumèrs. Mes darrèr aquò los bretonistas que laurèn lo camp electorau. Qu'estón omnipresents.

      Un exemple de seguir !

      Supprimer
  3. cité sur seenthis http://seenthis.net/messages/264639

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à commenter et à me corriger.