mardi 11 novembre 2014

Le vote aranais lors de la consulta du 9N

Peu importe ce que l’on pense de la légitimité du mouvement indépendantiste catalan, nous pouvons analyser les résultats.

Cela dit, je ne fais pas mystère de mon opinion. Pour ma part, je n’ai aucune sympathie pour le mouvement catalan tel qu’il se présente aujourd’hui, comme de manière plus générale, je n’ai pas de sympathie pour les mouvements nationaux d’inspiration "renanienne", voire jacobine, qui entendent construire une société civile sur des frontières artificielles, héritées d’aléas historiques et de couchailleries entre dynasties. La France républicanissime comme modèle.

Le patriotisme néo-féodal ne m’intéresse pas. Le fait catalan, à mon sens, c’est autre chose que les velléités d’indépendance d’un ancien comté plus ou moins ressuscité sur les frontières d’une division administrative au XIXème siècle, le fait catalan, au sens ethno-culturel, c’est un tiers de la péninsule ibérique, c’est une grande langue de culture sur la Méditerranée et les Pyrénées, qui va de Salses à Elche, c’est un reflet parcellaire de l’ancien royaume d’Aragon.

Peu importe, je ne suis personne pour dire aux Catalans comment ils devraient voir leur histoire. Tout s’est joué avant que je ne naisse ! : )

Analysons-donc le résultat aranais (la seule vallée non-catalanophone de Catalogne, car gasconne).

Avec la Ribagorza, le Val d’Aran est la région où l’on a le moins voté de Catalogne, avec à peu près 20% d’un électorat que l’on reconstruit (en effet, les plus de 16 ans pouvaient voter ainsi que les immigrés).

Voici les résultats, bruts :



Source : El Punt Avui

Rapporté à l’électorat total (donc également à ceux qui n’ont pas voté), et avec toute l’imprécision que comporte cette statistique (elle ne prend pas en compte la dynamique propre à un vote, notamment concernant le choix des indécis), cela place l’indépendantisme catalan à son minimum en Catalogne, aux alentours de 13%.



Source : El País

Il est loisible de penser, sans aucune preuve, que les pro-indépendance en Aran sont des Catalans installés dans la vallée (un millier de personnes).

On pourrait élaborer diverses analyses : que la vallée n’a pas répondu à la question qui l’intéressait, celle de l’indépendance de l’Occitanie (théorie loufoque des occitanistes), que la vallée est fortement castillanisée (théorie moins loufoque des catalanistes), ...

Mais à la vérité, le résultat similaire de la Ribagorza voisine, pleinement catalane de langue, quand Aran est gasconne, montre plus simplement qu’il s’agit là d’un vote montagnard de comarques frontalières, dont l’histoire ne peut se résumer au fait national catalan en gestation depuis le XIXème siècle, des comarques qui possèdent des liens intenses avec l’Aragon voisin, et dont le mode de vie transcende largement la question de la constitution d’un état catalan.

On retrouve en France pareil vote montagnard, rétif à tout projet national grandiloquent, ne montrant aucun intérêt pour toute tambouille administrative démesurée, c’est un vote modéré en somme. C’est là une tendance lourde.

Pour l’analyse du vote dans le reste de la Catalogne, sans surprise, se dessine une opposition entre des régions rurales ou de villes moyennes (autour de Gérone notamment) et la région de Barcelone, qui n’a pas daigné se déplacer et où se situe le plus gros réservoir de voix.

Ces résultats me laissent penser qu’en conditions véritables de référendum, avec un exécutif à Madrid plus malin et plus fin dans sa défense de l’appartenance à l’état espagnol de la Catalogne, un exécutif qui proposerait des solutions sur la table (le fédéralisme par exemple), la victoire du OUI à l’indépendance est loin d’être acquise.

Un scénario à la québecoise est très possible, avec Montréal qui a fait basculer par deux fois le référendum dans le camp du NON. S’ensuit alors une terrible gueule de bois pour les mouvements nationaux régionaux, qui payent un certain maximalisme rhétorique et institutionnel. Le PQ aujourd’hui ne s’est toujours pas remis pleinement de ses échecs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à commenter et à me corriger.